Uxellodunum - Capdenac
Uxellodunum à Capdenac

Accueil > L’histoire > la reddition en -51 > La reddition en - 51

La reddition en - 51

« A l’aube d’un beau jour de septembre de l’an 51 avant notre ère, le grand Jules César, ses généraux et leurs suites d’hommes gravirent le sentier amenant à la petite ville d’Uxellodunum. César et toute l’armée romaine allaient enfin pouvoir franchir les fiers et immenses murs pour constater leur victoire et punir les insoumis qui depuis deux mois, résistaient à la plus grande armée de tous les temps.

Le futur dictateur romain allait pouvoir assouvir sa vengeance, et appliquer une sentence exemplaire à ces 2 000 derniers Celtes qui tentèrent de sauvegarder leur liberté, face à plus de 30 000 légionnaires romains.

Après quelques minutes d’ascension, les troupes de Rome purent approcher de l’imposante porte de la cité gauloise. Plus aucun défenseur n’était là pour la défendre, la poignée d’irréductibles avait cédé face au génie de César.

En effet le grand stratège romain savait que cette citadelle aurait été imprenable par la force, et il avait dû ruser, en faisant tarir la seule fontaine d’Uxellodunum.

Dans la cité gauloise, les habitants vaincus, et très affaiblis par ces longs jours de lutte, s’étaient rassemblés sur la place de la ville, et attendaient courageusement l’arrivée des vainqueurs.

Les Gaulois savaient que leur résistance avait été exemplaire, et que leur châtiment serait à la hauteur de leur bravoure.

Arrivés devant le peuple d’Uxellodunum, les Romains enchaînèrent tous les hommes en âge de porter les armes. La sentence allait être prononcée. Plusieurs billots furent dressés.

César, désirant que la rébellion de cette bourgade n’entraîne pas une révolte générale, décida d’infliger à ces hommes un châtiment qui marquerait la mémoire de tout le pays, afin de dissuader les peuples qui souhaiteraient échapper à la puissance de Rome. Pire que la mort, le châtiment choisi par César fut de couper les mains à tous les défenseurs de la cité.

Il était conscient que la vision de ces géants guerriers celtes, privés de leurs mains, terroriserait toutes les bourgades des alentours. Malgré leur courage légendaire, nombreux ne résistèrent pas à la souffrance et moururent des suites de cet affreux châtiment.

C’est ainsi que les derniers représentants d’une des plus grandes civilisations furent traités. Encore aujourd’hui, lorsque l’on se rend à Capdenac, sur les lieux de l’ancienne ville d’Uxellodunum, le visiteur sensible pourra ressentir une émotion étrange, qui ne se retrouve que sur les hauts lieux de l’histoire humaine.

Uxellodunum fut, bien avant Montségur, le symbole de la résistance face à l’oppression, et de l’espoir et de la foi de quelques hommes, qui luttèrent jusqu’au bout pour ce qui est le bien le plus cher, la liberté. »

JPEG - 16.7 ko
La porte Sud ...

| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Uxellodunum - Capdenac (Association APUC)
Directeur de publication : Mathieu MARTY (président de l'Association pour Uxellodunum à Capdenac (APUC) - Rue de la Commanderie - 46100 CAPDENAC - Tél : 05 65 34 05 85)