Uxellodunum - Capdenac
Uxellodunum à Capdenac

Accueil > L’association > activités > Activités de l’association

Activités de l’association

Activité et histoire ... de l’association

L’Association Pour Uxellodunum à Capdenac

En Mai 2001, date à laquelle est officialisé l’emplacement d’Uxellodunum à Puy d’Issolud, (entre Martel et Vayrac, communes du nord du département du Lot), Roger, Serge et Mathieu Marty ainsi que Jean-Pierre Souyri, (archéologues amateurs locaux), indignés par les publications des « officiels », décident de créer l’ « Association Pour Uxellodunum à Capdenac ». L’officialisation de ce site au Puy d’Issolud vient couronner des travaux (subventionnés), sans tenir aucun compte de ceux (bénévoles) réalisés à Capdenac (et certainement ailleurs) depuis des dizaines d’années.

En 2001, le premier objectif de l’association est de retrouver le bassin gaulois qui est mentionné dans le livre des frères Champollion, et qui a disparu depuis. Pendant 5 mois, une poignée de passionnés va s’employer à réaliser des travaux très pénibles, à la recherche de ce bassin.

En 2002, leurs efforts sont récompensés, et il faut les en remercier car, grâce à eux, nous pouvons aujourd’hui admirer le magnifique ensemble puits-fontaine gauloise. A la suite de cette prodigieuse découverte, qui ajoute une preuve de plus en faveur de Capdenac, un groupe de journalistes de France 2 réalise un reportage comparant Capdenac et Issolud. Ce reportage, diffusé au journal de 13 h 00, le 16 Août 2002, a pour effet de relancer la polémique au niveau national.

En 2003, l’APUC crée à ses frais sa salle d’exposition, ce qui est une nouvelle fois possible grâce à l’important investissement et au courage des bénévoles. Cette salle, située rue de la Commanderie, dans l’ancien corps de garde de la porte Sud, est généreusement mise à disposition par Serge Marty. Elle est aménagée dans une magnifique pièce ogivale du XIVème siècle, bâtie sur des bases gallo-romaines voire celtiques.

Ouvert tous les jours, cet espace privé et d’accès gratuit présente des vitrines contenant des éléments de mobilier archéologique (poteries, ossements, scories, projectiles, rouelles, etc. ...) découverts sur le site ou dans les environs, et dans les déblais du sol antique de la salle elle-même (authentification C.N.R.S.). On peut y trouver également des reproductions de documents plans et explications nécessaires.

En Mars 2004, une maquette (1 m x 2 m, au 1/1000), réalisée avec la collaboration de Régis Najac, est venue compléter la salle d’exposition. Cette représentation réduite du site, tel qu’en 51 avant notre ère, reproduit fidèlement tous les éléments topographiques et découvertes archéologiques constatées sur l’oppidum de Capdenac. Cette œuvre parle d’elle-même et n’est réalisable pour aucun autre site sans adaptation majeure.

En Septembre 2004, Danielle Porte, maître de conférences à la Sorbonne, et membre de l’association, se déplace à Capdenac afin d’apprécier les différents éléments du dossier. Cette célèbre spécialiste de l’histoire et des religions romaines, est devenue une fervente adepte de la thèse Uxellodunum à Capdenac, qui pour elle, est un fait certain.
Le nombre d’adhérents se maintient à un nombre variant de 160 à 200, depuis 2005.

JPEG - 45.3 ko
Jean-Jacques Delmas, Roger Marty, Pascal Fleury, Jean-Pierre Souyri, Danielle Porte

Durant les années 2005 et 2006, l’entretien du site par les bénévoles de l’association se poursuit : nettoyage, débroussaillage, entretien du patrimoine.
Des actions sont entreprises en direction des pouvoirs publics (sous-préfet, DRAC) et des médias : FR3 dans « La ruée vers l’air », des émissions de radios à Sud Radio et CFM, des chroniques hebdomadaires de Régis Najac dans la Dépêche du Midi, puis, dans Le Villefranchois et dans la Semaine du Lot, ou de Mathieu Marty dans Le petit journal, …
Des nouvelles cartes postales sont en vente (voir la page « Boutique »).
Des messages de sympathie et de soutien nous arrivent régulièrement, qu’ils proviennent de simples amateurs ou de professionnels de l’histoire ou de l’archéologie. Les demandes de visites d’Uxellodunum–Capdenac sont de plus en plus nombreuses.

Puis, ... le 10 Février 2007, … Roger Marty, notre président, nous quitte !

Lors de l’assemblée générale du 30 Mars 2007, son successeur est élu : il s’agit de Jean-Pierre Souyri, qui, avec Roger Marty a été un des fondateurs de notre association.
Il s’engage alors à continuer avec persévérance l’œuvre entreprise depuis la création de l’APUC, en 2001, pour la reconnaissance de l’authenticité du site d’Uxellodunum à Capdenac.

JPEG - 41.2 ko
Jean-Pierre SOUYRI

C’est au cours de l’assemblée générale du 28 Mars 2008, que le bilan de l’activité 2007 est présenté : construction d’un mur en « pierre sèche » pour protéger la zone de captage des veines d’eau de la fontaine gauloise, foire bio avec son animation médiévale, vif succès en Juin 2007, création et vente de la nouvelle carte postale de l’APUC, mise en place de nouvelles vitrines dans l’expo-musée de l’APUC, participation active aux journées du patrimoine en Septembre, concours à la réalisation d’un DVD par Roland Buc de In Media production (« Uxellodunum - Dernier bastion celte »), nettoyage, débroussaillage et entretien du patrimoine tout au long de l’année, …
Nombreux, également, sont les projets présentés pour 2008 : réédition du livre de Jacques-Joseph Champollion (« Nouvelles recherches sur la ville gauloise d’Uxellodunum »), débroussaillage de plusieurs sites (porte sud, terrain sous les fontaines, …), renouvellement et respect des accords passés avec la mairie …
Le nombre d’adhérents de l’association s’élève à 142 pour 2007. L’expo-musée de l’APUC connait une fréquentation en forte hausse, notamment depuis son réaménagement en Juin 2007. Un grand merci est adressé à toutes celles et ceux qui ont exprimé leur soutien par quelques mots sur le livre d’or ou par un don.
Jean Brun est remplacé par Pascal Fleury, élu au poste de trésorier, et Anne Roux fait son entrée au conseil d’administration et au bureau comme secrétaire adjointe.
Monsieur Batherosse, élu quelques jours auparavant maire de Capdenac, président d’honneur de l’APUC, et présent à l’assemblée générale, fait part de son vif intérêt pour le travail de notre association et l’histoire de la commune. Des rencontres de travail sont prévues. Cela laisse entrevoir une collaboration nouvelle et efficace entre la municipalité et l’APUC, ce qui marque désormais un changement par rapport au passé.

Le 27 Mars 2009, s’est déroulée l’assemblée générale 2009. L’APUC prend acte de la publication d’un arrêté du préfet de la région Midi-Pyrénées rappelant « la présence d’éléments du patrimoine archéologique dans certaines zones géographiques du territoire de la commune de Capdenac ». Dans le but de protéger ce patrimoine archéologique, le texte impose, préalablement à la réalisation de certains travaux, « la transmission au Service Régional de l’Archéologie des dossiers de demandes de permis de construire, de démolir et d’autorisation d’installations ou de travaux divers ... ».

Au bilan de l’année écoulée, on peut noter la publication du DVD de Roland Buc « Uxellodunum - Dernier bastion celte », et la réédition par l’APUC du livre de Jacques-Joseph Champollion (« Nouvelles recherches sur la ville gauloise d’Uxellodunum »).

Une rencontre particulièrement constructive avec l’archéologue de la DRAC de Midi-Pyrénées a eu lieu en Octobre 2008, avec visite de l’ensemble du site d’Uxellodunum - Capdenac. Un certain nombre d’incompréhensions ont été effacées et les rapports entre le service public de la DRAC et l’APUC ont redémarré sur de nouvelles bases, plus saines, plus efficaces, dans le cadre d’une coopération intelligente où chacun joue son rôle.

JPEG - 2.3 Mo
11 mai 2009, visite au siège de la DRAC, à Toulouse

Dans les projets pour 2009, l’assemblée a notamment décidé de continuer le nettoyage des abords de la porte Sud du village, de demander l’autorisation de consulter les archives détenues par la DRAC de Midi-Pyrénées, de dresser un inventaire précis des caves du bourg de Capdenac le Haut permettant de connaître la configuration de l’oppidum à l’époque gauloise, de créer une carte archéologique de la commune après recensement du matériel détenu par l’APUC, de renouveler la foire bio le dernier dimanche de Juin, d’organiser comme chaque année les visites commentées du site par les bénévoles de l’association, de rechercher et numériser les nombreux manuscrits, dossiers de fouilles, laissés par nos prédécesseurs, messieurs Ventach, Sors, Marty, … L’implantation d’une stèle à l’entrée du village est proposée.

Lors de cette assemblée générale, 5 adhésions à l’APUC et une démission sont enregistrées.

Sur proposition du bureau, l’assemblée choisit M. Dalmon, membre du conseil d’administration de l’APUC, comme la personne qui sera responsable des opérations d’inventaire des caves, et désignée à cet effet par la DRAC « titulaire de l’autorisation de prospection-inventaire » sur la commune.

Un appel est lancé par le président à tous les membres de l’association afin de s’investir encore plus dans la réalisation du programme élaboré pour 2009.

ÉTÉ 2009 : l’APUC sur tous les fronts !
La saison estivale 2009 fera partie des grands crus pour les bénévoles de l’Association Pour Uxellodunum à Capdenac, qui ont mené de nombreuses activités.
A commencer par la foire bio et fête médiévale qui a battu des records de fréquentation pour sa 9e édition, le 29 juin.
Le chantier de débroussaillage et de déblaiement des déchets de tous genres qui empêchaient d’admirer la fabuleuse porte Sud de Capdenac a avancé de belle manière et ce, malgré la chaleur accablante qui aurait pu avoir raison des courageux bénévoles qui se sont tenus à la tâche tous les lundis. Un muret en pierres sèches a été bâti, et l’on peut dès aujourd’hui admirer les vestiges imposants de la porte Sud et de sa barbacane.
Ces travaux ont permis de révéler l’existence d’un morceau d’escalier et de trous d’encrage de poutres, taillés dans le roc.

JPEG - 739.7 ko
La porte Sud, après nettoyage ...


Les visites gratuites commentées par des bénévoles de l’APUC, toutes les semaines du mois d’août ont remporté un franc succès et ont été l’occasion d’échanges instructifs et chaleureux, avec un public curieux et souvent érudit en la matière. Il est prévu de renouveler ces visites gratuites pendant les vacances de Toussaint 2009.
La salle d’exposition qui regroupe un grand nombre d’objets archéologiques a vu ses visiteurs augmenter et les remarques laissées par certains sont toujours aussi élogieuses. La venue d’une spécialiste du latin ancien a permis de vivre de riches débats et de faire le point sur certains passages du livre VIII de la guerre des Gaules.
De nombreux autres projets sont en cours de réalisation, notamment ceux concernant la collaboration de l’APUC avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC). Ils permettront peut-être de voir le sol de Capdenac fouillé par des archéologues, et ainsi connaître un peu plus l’histoire de ce lieu toujours aussi enchanteur …

Du 13 au 21 Octobre 2009, l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) a procédé à un « diagnostic archéologique » sur le terrain où devrait être implantée à Vic, en 2010, la future station d’épuration.

JPEG - 344.6 ko
13 Octobre 2009 ... les archéologues de l’INRAP à Vic

L’APUC (Association Pour Uxellodunum à Capdenac) a suivi chaque jour sur place cette opération.
Celle-ci est imposée par la loi en préalable aux grands travaux d’aménagement ou en cas de chantiers réalisés sur des zones qui peuvent être sensibles au niveau archéologique.
Elle consiste à repérer, identifier et évaluer le potentiel archéologique par des sondages au sol.
Sur le site de Vic, les archéologues de l’INRAP ont noté la présence de « traces d’occupation humaine » datant de l’antiquité, et ont prélevé des « mobiliers archéologiques » qui seront analysés.
L’archéologie préventive, qui relève de missions de service public, est régie par les principes applicables à toute recherche scientifique.
Le rapport contenant les données ainsi recueillies sera remis par l’INRAP au Service Régional de l’Archéologie puis au préfet de région, qui communiquera alors la décision de l’État quant à la suite à donner.

Le vendredi 27 Novembre 2009, a eu lieu une assemblée générale extraordinaire de l’APUC avec pour objet principal la modification des statuts (voir la nouvelle rédaction adoptée à l’unanimité par l’AG —> ici). Par ce nouveau texte, et notamment son article 2, dans lequel sont redéfinis les buts de l’association, l’APUC confirme son rôle essentiel dans « l’étude, la protection et la mise en valeur du patrimoine archéologique du site ».
L’APUC souhaite à l’avenir construire et étoffer par la recherche un véritable argumentaire rigoureux et objectif.

Un hommage appuyé est rendu à Jean Lacroux, membre du CA, décédé le 16 Octobre, unanimement apprécié dans l’association pour sa générosité, sa gentillesse et sa disponibilité …

L’AG prend acte du remplacement provisoire par le bureau (conformément aux statuts) de deux membres du CA, Jean Lacroux (décédé) et Régis Najac (démissionnaire), par Jacques Roche et Robert Margaron.
Santo Surace, déjà membre du CA, est désigné vice-président et Laurence Larnaudie nommée commissaire aux comptes.

JPEG - 104.9 ko
AG du 27 novembre 2009

Il est rendu compte de l’intervention de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives sur le site de Vic, réalisée dans le cadre d’une opération de diagnostic archéologique, imposée en préalable à l’implantation de la future station d’épuration. Les archéologues ont relevé la présence de « traces d’occupation humaine » datant de l’antiquité. Un rapport sera remis par l’INRAP au Service Régional de l’Archéologie puis au préfet de région, qui communiquera alors la décision de l’État quant à la suite à donner.

La poursuite des travaux de la « commission des caves » est annoncée pour le 28 Novembre : le but est de réaliser des mesures du niveau du sous-sol du bourg de Capdenac afin d’établir un état du sol primaire du site, avec dans un premier temps, le repérage de l’altitude des rues.

Les questions diverses sont consacrées au rapport d’activité et aux bilans intermédiaires, au résultat de la foire bio, à la nouvelle carte d’adhérent, puis à la création et au contenu du nouveau site internet de l’APUC : www.uxellodunum.fr

L’assemblée générale 2010 se déroule le vendredi 2 Avril dans la salle de réunion de Vic.
Le président, Jean-Pierre Souyri souligne que « tout ne sera pas facile je le sais, mais avec l’équipe très soudée qui m’entoure, tout est permis. Car il faut que je vous le dise, j’ai autour de moi des gens formidables, d’une grande disponibilité, toujours à l’écoute et dévoués. Cela ne serait pas possible si chez nous ne régnait pas une excellente ambiance faite de camaraderie, convivialité, et oserais-je dire de fraternité. C’est toujours un grand moment de se retrouver tous les lundis après-midi qui pour moi passent trop vite. Tout cela consolide les bases de notre association qui poursuit sa route avec la conviction qui nous habite, pour atteindre le but recherché. L’APUC compte 122 adhérents et nous ne pouvons les décevoir. Nous ferons tout pour qu’ils ne le soient pas. »

Depuis, l’assemblée générale extraordinaire du 27 Novembre 2009, l’APUC a élargi son champ d’action à la recherche archéologique et historique de toutes les périodes du riche passé de Capdenac, tout en réaffirmant que le dossier Uxellodunum reste le principal à faire évoluer.

Dans ce contexte, et celui des nouveaux rapports avec la DRAC, de multiples actions ont été réalisées tout au long de l’année écoulée : inventaire du mobilier archéologique, mesures et étude des sous-sols des habitations du bourg de Capdenac (opération accueillie avec enthousiasme par les Capdenacois qui ont ouvert spontanément leurs caves). La venue d’une spécialiste du latin ancien, de conférenciers, les visites commentées du site, les actions menées sur le secteur sud de l’oppidum et les fouilles préventives de la plaine de Vic ont également marqué l’année 2010, une des plus positives que l’APUC ait connue.

Monsieur le maire de la commune, présent à l’AG, se réjouit que l’APUC soit une association bien gérée, qui mène des actions essentielles pour la valorisation du site de Capdenac. Il annonce que les travaux menés par l’équipe de Concordia ont pour effet de sécuriser les murs dangereux du secteur sud où les bénévoles de l’APUC ont travaillé durant l’année.

JPEG - 2.9 Mo
AG du 2 avril 2010

Plusieurs projets sont annoncés pour 2010/2011 :
- l’achat d’un mannequin pour la salle d’exposition habillé et équipé en guerrier gaulois.
- l’achat d’un rétroprojecteur devenu nécessaire pour la projection de films et l’animation des conférences organisées par l’APUC.
- la création et la pause de nouveaux panneaux signalétiques pour annoncer le musée, en bas du village et dans le bourg.
- l’organisation d’un voyage avec visites guidées d’un site comme Gergovie.
- une idée de film avec figurants et reconstitution de scènes historiques est proposé par le réalisateur Roland Buc. Le projet serait réalisable avec l’aide de mécènes.
- une stèle commémorant le siège d’Uxellodunum est toujours en projet. Il reste à connaître les contraintes imposées par les bâtiments de France.
- l’inventaire des oppida du Quercy avec une fiche détaillée sur chacun d’eux est proposé pour étoffer le site internet.
- une prospection de surface à vue sur les alentours de l’oppidum sera réalisée par une commission de l’APUC. Ce projet sera élaboré en lien avec la DRAC.
- le nettoyage de la porte sud.

Comme lors de chaque assemblée générale ordinaire de l’association, le tiers du conseil d’administration est élu ou réélu. Trois nouveaux membres font leur entrée au CA. Il s’agit de Robert Margaron, Jacques Roche et Santo Surace. Ce dernier est élu en tant que vice-président.

L’assemblée générale 2011 a lieu le 25 mars dans la salle des gardes de Capdenac.
Dans son rapport moral, le président Jean-Pierre Souyri rappelle que les efforts de communication de l’APUC ont porté leurs fruits puisque de très nombreux messages ou courriers de soutien parviennent à l’association. Il est ainsi permis de penser que l’opinion publique soutient dans son ensemble la thèse « Uxellodunum - Capdenac ».

Le secrétaire, Mathieu Marty présente les réalisations de l’année et les projets en cours : nettoyage de la porte sud, de l’aqueduc de la fontaine de César, réorganisation du musée, foire bio et médiévale, achat de matériel de son et de projection, achat d’un mannequin d’un guerrier gaulois, montage d’un dossier de restauration de la fontaine de César et de ses abords, réalisation d’une stèle du souvenir du siège d’Uxellodunum. Ces deux derniers projets ont fait l’objet d’un entretien avec l’architecte des Bâtiments de France à Cahors, et vont être soumis prochainement à monsieur le maire de Capdenac, afin, de sauvegarder et mettre en valeur cette partie essentielle du patrimoine, et de rappeler l’histoire du siège d’Uxellodunum tout en restant en parfaite harmonie avec le site.

L’abandon du projet de construction de la station d’épuration de Vic est évoqué suite à la visite du responsable du SRA de la DRAC de Midi-Pyrénées. La conséquence est l’arrêt définitif des fouilles archéologiques sur ce site. Le compte rendu écrit des travaux menés par l’INRAP lors des fouilles de Vic en 2009 devrait bientôt parvenir à l’APUC.

JPEG - 5.6 Mo
AG du 25 mars 2011

Après la réélection du tiers renouvelable des membres du conseil d’administration de l’association, l’AG s’est terminée sur l’étude présentée par Colette Docco-Rochegude, membre de l’institut Vitruve et latiniste expérimentée en latin ancien.
Après avoir eu l’opportunité et le courage d’étudier 160 versions des manuscrits latins du livre VII de la guerre des Gaules, Colette Docco-Rochegude expose les résultats de ses premières analyses au sujet du livre VIII, concernant le siège d’Uxellodunum : ces nouveaux éléments penchent largement en faveur de Capdenac.
À propos du terme latin de « cunniculi », elle nous dit que dans le contexte du livre VIII, il signifie « mine », « galerie souterraine », « sape », « tranchée », « conduit », ou « drain » …, ce qui correspond tout à fait aux vestiges retrouvés sur le terrain par messieurs Corn, Ventach et Sors.
Pour le terme « vineas », ces « cabanons mobiles », furent à la base des baraques roulantes utilisées dans les vignes. On les faisait circuler dans les larges allées des vignobles plantées de ceps qui s’accrochaient aux branches des arbres fruitiers. Puis elles étaient utilisées militairement comme machines de guerre, à l’abri desquelles les Romains s’avançaient vers les murailles ennemies.
Colette Docco-Rochegude insiste particulièrement sur ce qu’elle considère comme la phrase clé du paragraphe 41 du livre VIII : « tectos cunniculos ab vineis agunt » … qu’elle traduit ainsi : « à partir des baraques roulantes [les Romains] tracent des tranchées couvertes ».
Elle justifie cette traduction par la présence de « tectos », mot de la même famille que « toit » qui impose le choix de « tranchées » pour traduire « cunniculos », et non « galeries » ou « conduits ».
Cette éminente latiniste explique le pluriel par le fait qu’il y a eu deux tranchées, l’une permettant aux Romains d’arriver au bassin de la source située plus haut, l’autre pour l’écoulement des eaux et le tarissement de la source.
Elle affirme également qu’imaginer que César aurait fait creuser le massif rocheux de l’oppidum (comme il est affirmé par les prétendants du Puy d’Issolud) est le signe d’une méconnaissance totale de sa conception des travaux militaires et de siège en particulier.
Pour César, il s’agissait d’obtenir le maximum d’efficacité avec la plus faible dépense de moyens, et ainsi, agir le plus vite possible. Sa « celeritas », rapidité de décision et d’action, était légendaire.
Colette Docco-Rochegude conclut ainsi ses analyses : les galeries évoquées au Puy d’Issolud ne seraient en fait que de simples mines creusées par les Gaulois qui étaient des spécialistes des métaux et de la forge, donc aussi du creusement des mines de fer ou autres.

L’assemblée générale 2012 est réunie dans la salle des gardes le 9 mars.
Le vice-président, Jean-Jacques Delmas présente le rapport moral écrit par le président, Jean-Pierre Souyri, absent pour raison de santé.
« Le 9 mars 2012, l’APUC va tenir sa 11ème assemblée générale. Déjà tant d’années d’activité, tant de chemin parcouru depuis fin 2001 ! Aujourd’hui, l’APUC est une association connue, respectée qui a démontré son véritable caractère »d’utilité publique« tant dans les domaines de l’histoire, de l’archéologie, que de la sauvegarde et la valorisation du patrimoine. Cette efficacité est due essentiellement au dévouement, à la conviction de toute l’équipe de bénévoles et de leur activité assidue. Mais, notre bataille pour la reconnaissance d’Uxellodunum à Capdenac n’est pas terminée. L’année qui vient de commencer nous apportera peut-être d’autres possibilités de nous exprimer sur ce sujet, notamment à l’occasion de travaux importants envisagés sur le site. C’est bien sûr avec détermination mais aussi collectivement, que nous devrons continuer à agir pour faire aboutir notre cause. A cet effet, j’appelle les adhérents de l’APUC à participer plus nombreux à nos rencontres hebdomadaires du lundi, à apporter leur contribution aux démarches en cours, à collaborer aux recherches diverses, à présenter des documents ou objets en leur possession, à faire part d’observations ou d’informations utiles pour la connaissance de l’histoire d’Uxellodunum … Rendez-vous chaque lundi à partir de 14 h, au Bar-Crêperie »L’OLTIS« , siège de l’association, rue de la Commanderie à Capdenac – Uxellodunum ».
Le vice-président, Serge Marty, propose que l’APUC, au moins une fois par an, adresse un courrier au Ministère de la Culture et/ou aux administrations qui en découlent. Il est souhaité aussi de maintenir les réunions avec la mairie et l’office de tourisme ainsi que les visites commentées sur le site d’Uxellodunum. La nouvelle protection grillagée du puits gaulois a été installée récemment par les employés municipaux. Sur la place du Sault, le chantier de réfection d’une maison ancienne n’a pas été signalé à l’APUC ; Jean-Jacques Delmas invite les personnes présentes à nous informer en cas de travaux sur la commune.
Concernant le projet de construction d’une salle des fêtes à l’entrée du village, Marie-Pierre Marty, conseillère municipale, nous informe qu’un diagnostic de fouilles préventives est programmé. Pascal Fleury rappelle qu’il existe : « une convention ou un projet de convention établi du temps de Madame Aymard, maire de 2001 à 2008 » stipulant que la mairie doit prévenir l’APUC quand il y a des travaux réalisés sur le domaine public, et, il souhaite s’en entretenir avec Monsieur Batherosse, le maire actuel. Jacques Roche propose l’affichage en mairie du zonage archéologique protégé en cas de permis de construire.
Pascal Fleury nous informe que Nicolas Rosière, adhérent de l’APUC, a fait don à notre association - pour une exposition dans le musée - de tessons et divers ossements trouvés dans les années 1970, lors de la création du chemin qui va du puits gaulois au carrefour des Quatre-Vents, au niveau de la côte romaine. Pascal Fleury propose aussi un appel par voie de presse pour sensibiliser les gens possédant divers objets et documents anciens (archéologiques, historiques) pour une mise à disposition afin que l’APUC puisse photographier et répertorier les plus intéressants et les rendre à leurs propriétaires.

JPEG - 8.5 Mo
Entretien du patrimoine par des bénévoles de l’APUC

Mathieu Marty, secrétaire, présente le bilan d’activité 2011-2012 et énumère les projets de l’APUC pour 2012-2013 : stèle commémorative du siège d’Uxellodunum, réaménagement du musée, vitrines, panneaux, création d’une nouvelle série de cartes postales « multi-vues », d’une plaquette d’information sur l’APUC et l’histoire d’Uxellodunum, projection du DVD réalisé par Roland Buc « Uxellodunum Dernier bastion Celte Capdenac le Haut » suivie d’un débat, …
Il est décidé par l’AG que l’APUC ne reconduira pas pour 2012 l’organisation de la « foire Bio », à cause du manque de bénévoles.
L’original de la statue de la déesse chasséenne (datée par les experts à 3500 avant notre ère), découverte en 1969 aux alentours de Capdenac, mentionnée en 1971 dans un livre de Jean Clottes, préhistorien, aurait été transférée en 1974 - selon Jean-Claude Sénac - au musée Henri Martin de Cahors, puis au musée national de l’archéologie de Saint-Germain-en-Laye ; lors d’une récente visite dans ce dernier musée, Jean-Jacques Delmas n’a pu obtenir aucune information à ce sujet.
En fait, après de longues recherches, il s’avère que l’original de la statue chasséenne est déposé au musée de Cahors ... !

JPEG - 38 ko
La déesse Chasséenne de Capdenac

Afin de mettre en concordance les statuts de l’association avec la réalité des activités pratiquées par ses adhérents (entretien du patrimoine et visites guidées), l’AG adopte le nouvel article 2 qui devient le suivant :
"Article 2 : Buts
L’association a pour buts :
- la reconnaissance de l’authenticité du site d’Uxellodunum à Capdenac,
- l’étude, la protection, l’entretien et la mise en valeur du patrimoine archéologique du site de Capdenac,
- l’inventaire des données et mobiliers déjà recueillis (bibliographie, vestiges matériels, etc…),
- la réalisation de prospections-inventaires, puis, par la suite, de sondages sur le terrain, afin de répertorier les différentes traces d’occupation par l’homme sur l’ensemble de la commune,
- la réédition d’ouvrages anciens traitant de l’histoire de la commune de Capdenac,
- la publication des données recueillies,
- l’engagement dans le développement durable,
- l’organisation de visites accompagnées permettant la découverte du site et de l’histoire d’Uxellodunum".

Comme lors de chaque assemblée générale ordinaire de l’association, le tiers du conseil d’administration est réélu, sans changement.

Le 23 juin 2012, un diaporama d’information sur l’histoire d’Uxellodunum réalisé par Maurice Dalmon est présenté à la population dans la salle de Vic. Une trentaine de personnes assiste à la projection et au débat.

JPEG - 5.1 Mo
Soirée d’information du 23 juin 2012

Du 9 au 17 juillet 2012, les archéologues du conseil général du Lot procèdent à un « diagnostic archéologique » sur le terrain où doit être implantée la nouvelle salle des fêtes de la commune, au lieu dit « Les jardins » près du bourg de Capdenac. Certains jours, plusieurs membres de l’APUC assistent à ces recherches au côté des archéologues. Ces travaux ont permis de retrouver et de situer avec précision l’emplacement du fossé gaulois d’Uxellodunum découvert par Champollion en 1816, ce qui ne peut que conforter la thèse défendue par l’APUC. Plusieurs mobiliers antiques sont répertoriés par les archéologues.

JPEG - 6.4 Mo
Le fossé gaulois redécouvert par les archéologues en juillet 2012

Le vendredi 15 mars 2013, l’APUC tient sa 12ème assemblée générale dans la salle des gardes.
Le vice-président, Jean-Jacques Delmas présente le rapport moral en remplacement du président, Jean-Pierre Souyri, absent pour raison de santé : « Depuis 2001, l’APUC est une association connue, respectée qui démontre continuelle-ment son véritable caractère »d’utilité publique« tant dans les domaines de l’histoire, de l’archéologie, que de la sauvegarde et la valorisation du patrimoine. Cette efficacité est due essentiellement au dévouement, à la conviction de toute l’équipe de bénévoles et de leur activité assidue. L’année qui vient de se terminer a été marquée par quelques évènements qui nous ont confortés dans la reconnaissance d’Uxellodunum à Capdenac. Cela a été notamment le cas lors des sondages et fouilles préventives qui se sont déroulées en juillet 2012 sur le site de la future salle des fêtes au lieu-dit « Les Jardins » : les travaux des archéologues ont permis de retrouver et de situer avec précision l’emplacement du fossé gaulois d’Uxellodunum découvert par Champollion en 1816. Le rapport des fouilles de 2012 ne nous a pas encore été remis. L’équipe de bénévoles a entrepris la réorganisation de la salle d’exposition de l’APUC. Chacun peut aujourd’hui se rendre compte des principaux changements : la maquette a été déplacée et de nouvelles vitrines ont été mises en place. C’est bien sûr avec détermination mais aussi collectivement, que nous devrons continuer à agir pour faire aboutir notre cause. A cet effet, nous appelons les adhérents de l’APUC à participer plus nombreux à nos rencontres hebdomadaires du lundi, à apporter leur contribution aux démarches en cours, à collaborer aux recherches diverses, à présenter des documents ou objets en leur possession, à faire part d’observations ou d’informations utiles pour la connaissance de l’histoire d’Uxellodunum … L’état de santé du président de notre association ne lui a pas permis de participer aux activités de l’APUC en 2012. Il ne pourra pas non plus être présent lors de l’assemblée générale. Nous lui souhaitons un rapide rétablissement ».

Bilan des réalisations et des projets : la fontaine de César, à la demande de la municipalité, avec la participation du service des bâtiments de France, va être restaurée. Le financement est géré par le conseil général du Lot.

Foire bio : en 2013, la XIIème foire biologique aura lieu le 23 juin. Elle sera désormais organisée par la nouvelle « Association Eco-Citoyenne de Capdenac-le-Haut » ; cette manifestation était sous la responsabilité de l’ancien office de tourisme jusqu’à sa cessation d’activité fin 2006, puis l’APUC en avait assumé provisoirement la gestion de 2007 à 2011.

Lors du renouvellement annuel du tiers sortant du conseil d’administration, trois nouveaux adhérents font leur entrée au CA : de Gand de Toxandrie Michel, Fleury Martine et Margaron Claudie.

Samedi 16 mars 2013 : conférence de madame Colette Doco Rochegude « Uxellodunum, retour aux sources »
Membre de l’institut Vitruve, spécialiste en latin ancien qui a étudié de nombreux manuscrits des livres VII et VIII de la Guerre des Gaules, Colette Doco Rochegude nous replonge dans les sources mêmes de la recherche d’Uxellodunum.

JPEG - 605.1 ko
Colette Doco Rochegude

Uxellodunum la bataille ravivée
La bataille pour la reconnaissance d’Uxellodunum à Capdenac n’est pas terminée. Ceux qui en doutaient ont pu s’en rendre compte ce samedi 16 mars dans la salle des gardes de Capdenac-le-Haut.
C’est Colette Doco-Rochegude, ancien professeur de lettres classiques, membre de l’institut Vitruve et célèbre latiniste qui fait revenir l’assemblée présente aux sources écrites qui permettent de connaître, aujourd’hui, l’existence même du lieu d’Uxellodunum.
La seule source contemporaine de la bataille d’Uxellodunum est le livre VIII de la guerre des Gaules écrit par Hirtius, secrétaire de César. La conférencière et chercheuse insiste sur le fait que les partisans du Puy d’Issolud - afin d’expliquer les énormes différences entre le texte et le site - avancent que l’auteur du livre VIII n’aurait jamais vu les lieux. Or d’après la traduction rigoureuse de plusieurs manuscrits, il s’avère que Hirtius précise bien qu’il fût du voyage en Gaule et au siège d’Uxellodunum (pour servir de témoignage : « pro testimonio »).
Un autre point important abordé par Colette Doco Rochegude est celui des fameuses galeries. Dans le texte latin, il n’est jamais question de « galeries de mine creusées par des sapeurs romains », mais plutôt de « tranchées recouvertes » par des baraques roulantes nommées « vinae ». Au temps de César, le seul peuple ayant la technique de creusement des galeries de mines est le peuple gaulois. La notion de « sapeur romain » est vraisemblablement une invention récente destinée à avaliser le Puy d’Issolud.
Pour cette éminente spécialiste du latin, le site du Puy d’Issolud ne peut pas avoir été le lieu du siège d’Uxellodunum. Une lecture de la seule source contemporaine des faits l’élimine alors qu’elle conforte la thèse de Capdenac. Notre latiniste trouve dommage que les recherches archéologiques des frères Champollion - désavouées par Napoléon III – qui validaient en 1816 le site de Capdenac comme étant l’antique Uxellodunum, n’aient pas attiré et n’attirent pas encore aujourd’hui un plus grand intérêt de la part des érudits et des pouvoirs publics.
Bref, des pistes inédites viennent d’être soulevées avec de nouveaux éléments qui vont nous permettre d’avancer ; la controverse sur Uxellodunum n’est pas éteinte…

Le vendredi 21 mars 2014, 13ème assemblée générale de l’APUC dans la salle des gardes de Capdenac.
Le rapport moral est présenté par le secrétaire, Mathieu Marty, le président, Jean-Pierre Souyri, étant absent pour raison de santé :
"Je ne m’étendrai pas plus sur le déjà long passé de notre association née fin 2001 le soir d’une injustice historique, mais il faut tout de même remarquer, que lorsque l’on se retourne pour voir ce qui a été réalisé depuis plus de dix ans ; on se rend réellement compte de l’importance des tâches accomplies, par les bénévoles présents ou regrettablement disparus.
C’est ce travail là, combiné à tout ce qui fut réalisé par les initiatives plus anciennes, qu’il nous faut nous employer à défendre, et à mettre en valeur.
C’est la fusion de ces éléments qui rendra notre combat légitime pour le plus grand nombre.
Nos missions sont, bien entendu, d’essayer d’apporter de nouveaux éléments à notre argumentaire, mais surtout de synthétiser toutes les recherches passées pour en tirer le meilleur et ainsi mettre en lumière l’évidence historique qui nous frappe tous.
Nous nous rendrons compte que nous possédons plus d’éléments que ce que nous pensons aujourd’hui.
Souhaitons enfin que l’amitié qui unie le noyau dur de l’association puisse se mêler à un brin de chance pour nous permettre de faire évoluer positivement l’état des recherches sur Capdenac-Uxellodunum."

JPEG - 4.3 Mo
AG du 21 mars 2014

Le bilan d’activité et les projets de l’APUC sont présentés par le secrétaire adjoint, Jean-Michel Delage. La conférence de Colette Doco-Rochegude du 16 mars 2013 « Uxellodunum, la bataille ravivée » a été un moment fort de l’association ; le réaménagement de la salle d’exposition avec installation d’une vidéo-télésurveillance est toujours en cours ; l’association a apprécié l’article de la Dépêche dans son « guide tourisme du grand Sud » : « Capdenac-le-Haut : un ticket chic pour un voyage à travers des époques épiques » avec une photo de l’oppidum qui met en relief l’aspect gallo-romain et médiéval du village, le donjon, les remparts, le jardin des Cinq Sens, la fontaine romaine et ses escaliers, le dernier paragraphe intitulé « L’âme de Jules César et des guerriers Celtes » étant une synthèse du siège d’Uxellodunum dans laquelle sont cités Luctérius et Drapès ; l’APUC a réagi aux articles de presse qui relatent la consécration de l’archéologue, Jean-Pierre Girault, promu Chevalier des Arts et lettres, le 17 mai à Toulouse dans les locaux de la DRAC, pour son œuvre sur les recherches et les fouilles effectuées depuis plus de cent ans sur le site du Puy d’Issolud ; la foire bio est désormais prise en charge par l’Association Eco-Citoyenne de Capdenac-le-haut (AECC) ; vente de 60 exemplaires de la réédition du livre de Jacques-Joseph Champollion-Figeac auprès de la direction du groupe « Vinci Énergies Sécurité Incendie Froid Fabrication » ; la réception et la présentation du site d’Uxellodunum aux participants d’un rallye de 2 CV organisé par « Partner Events » filiale du groupe « VINCI » ; la disparition de quatre de nos adhérents et d’un ancien élu de la commune sympathisant de notre cause, les Journées Européennes du Patrimoine avec les visites commentées avec ou sans rendez-vous sur le site d’Uxellodunum ; les interventions en salle d’exposition de Jean Martzloff, archéologue ; l’intervention de Mathieu Marty auprès d’élèves du secondaire de l’Institution Jeanne d’Arc à Figeac ; la demande de prospection sur le chantier du projet municipal d’un espace socioculturel et festif qui nous a été refusée par la DRAC ; la réunion mairie/APUC/AECC du 10 mars 2014 pour évaluer les besoins dans l’utilisation du futur espace socioculturel et festif.

Projets : pour la salle d’exposition, acquisition d’un mannequin gaulois avec sécurisation du local (coût approximatif : plus de deux mille euros), d’un écran plat avec lecteur DVD et d’un compteur de passage pour évaluer le nombre de visiteurs.

Comme lors de chaque assemblée générale ordinaire de l’association, le tiers sortant du conseil d’administration est réélu, sans changement.

Le président, Jean-Pierre Souyri, ayant souhaité abandonner son poste pour des raisons de santé, Mathieu Marty, est proposé pour le remplacer. Il est alors élu président à l’unanimité par les membres du conseil d’administration présents ; il en est de même pour Jean-Michel Delage, secrétaire-adjoint, élu secrétaire. Jean-Pierre Souyri est désigné président d’honneur de l’APUC. Les autres postes restent inchangés.

JPEG - 22.4 ko
Mathieu Marty, président de l’APUC

Le mot du nouveau président
"C’est avec plaisir que je réponds à votre sollicitation afin de prendre la présidence de l’APUC. Même si j’aurais préférer qu’une personne en dehors du « clan » Marty reprenne le flambeau ; c’est tout de même un plaisir et un honneur pour moi.
Néanmoins, je tiens à adresser une pensée fraternelle à Jean-Pierre, qui présida notre association depuis la disparition en 2007 de Roger, mon grand-père, jusqu’à ce soir. D’autant plus que l’éloignement de Jean-Pierre des affaires de Capdenac-Uxellodunum, est dû à de graves problèmes de santé.
Nous n’oublions pas Jean-Pierre, et c’est avec une sincère reconnaissance que je vous propose qu’il reste parmi nous en tant que président d’honneur.« Mathieu MARTY, président de L’APUC. »

Le vendredi 20 mars 2015, la 14ème assemblée générale de l’APUC s’est déroulée à la salle des gardes de Capdenac.
Rapport moral présenté par le président de l’APUc, Mathieu Marty :
"Depuis près de 15 ans, vous nous soutenez dans notre cause par votre adhésion. Nous vous remercions chaleureusement de votre solidarité. Le dossier Uxellodunum a grandement avancé durant toutes ces années, sans pour autant avoir pris une tournure décisive. Nous avons donc encore et toujours besoin de votre soutien pour tenter de faire évoluer nos requêtes historiques jusque dans les cercles scientifiques.
Grâce au dévouement et à la passion des bénévoles qui se sont régulièrement investis, de nombreux projets ont pu être réalisés ou sont en cours de réalisation. Tout cela a été possible avec le soutien d’un nombre important d’adhérents qui nous sont restés fidèles tout au long de ces années.
Les actions principales de l’APUC ont été la redécouverte du bassin « gaulois », la création du musée, la réalisation d’une maquette, du site internet, la réédition de l’ouvrage de JJ. Champollion, la mise en valeur de la porte Sud. Toutes ces actions ont fait de notre association un acteur majeur dans le paysage culturel capdenacois. Nous avons encore de nouveaux et ambitieux projets à mettre en place et à réaliser dans les mois et années qui viennent. C’est pour cela que votre concours nous est nécessaire.
Le 27 février dernier, notre ami Jean-Pierre Souyri nous a quitté à l’âge de 81 ans, en 2001, à la suite de l’officialisation du Puy d’Issolud, il avait rejoint mon grand-père Roger MARTY pour fonder l’APUC, il en était l’un de ses vice-présidents et lui avait succédé en 2007. Sous son mandat plusieurs projets se sont réalisés « la réédition du livre de Jacques-Joseph Champollion-Figeac :« Nouvelles recherches sur la ville gauloise d’Uxellodunum assiégée et prise par Jules César », la production du DVD « Uxellodunum Dernier bastion Celtes », les conférences de la latiniste : « Colette Doco-Rochegude », la présence de l’APUC lors des fouilles préventives sur la commune, l’amélioration de la salle d’exposition, l’entretien des vestiges...
En 2011, son état de santé l’oblige à restreindre ses activités ; nous ne le verrons plus comme à l’habitude chaque lundi. Le 24 juin dernier fut sa dernière visite au siège de l’association où il est venu s’enquérir après une si longue absence de l’avancement du réaménagement de la salle d’exposition ; quelques mois auparavant, contraint par la maladie, il nous demandait d’élire un nouveau président. En assemblée générale du 21 mars 2014, vous m’avez élu à la présidence et Jean-Pierre accepta la distinction de Président d’Honneur de notre association APUC...
... Pendant toutes ces années à servir L’APUC, Jean-Pierre a toujours été un collègue sur lequel nous pouvions nous appuyer, il était à l’écoute de chacun, avait le sens de la répartie, savait se mettre à la hauteur des gens et des situations pour défendre au mieux la thèse d’Uxellodunum à Capdenac.
Une carte de remerciements de son épouse vient de nous parvenir.
A sa mémoire, nous nous devons tous d’avoir une pensée pour Jean-Pierre."

Résumé succinct du rapport d’activité 2014-2015 et des projets présentés par le président :
En mai, entretien des abords du puits gaulois et de la fontaine de César et visite commentée du site pour un groupe de touristes de Figeac. Dans le cadre des « journées européennes du patrimoine » du 21 septembre, le matin, l’APUC a joué son rôle en assurant des visites commentée du site, le matin et l’après-midi. Présence de l’association, également, au forum des associations de Figeac le 27 septembre. Le 20 octobre, l’APUC reçoit enfin le rapport des fouilles de 2012 réalisées à Capdenac, au lieu-dit « Les jardins ». Fin octobre, entretien des abords du puits gaulois et de la fontaine de César par les bénévoles de l’APUC. Début décembre, installation de la vitrine et du mannequin gaulois dans la salle d’exposition, Mi-décembre, visite commentée sur le site d’Uxellodunum pour un groupe de touristes du Gard.
Il est demandé à chacun de réfléchir à l’édition d’une nouvelle carte postale qui serait vendue par l’APUC.

JPEG - 5.1 Mo
AG du 20 mars 2015

Il faut noter la présence à l’AG de monsieur Christian Marin et de son épouse. Il est le président de l’association de Luzech créée en 2014 « Sur la Route d’Uxellodunum », dont les buts sont notamment de « faire connaître l’oppidum de Luzech et participer à la valorisation du site, faire connaître l’histoire oubliée ou méconnue d’Uxellodunum, faire connaître les oppida du Lot et fédérer les associations des différents sites autour d’un projet commun, culturel et touristique, … ».
Christian Marin serait heureux de recevoir les membres de l’APUC pour faire visiter le site de l’Impernal. Il propose de mettre en place un consensus entre nos deux associations (sans oublier celles du Puy d’Issolud et de Saint-Céré, si elles veulent bien nous rejoindre) afin de créer une communication commune pour faire connaître Uxellodunum dans un projet culturel, touristique et économique en collaboration avec les autorités compétentes (DRAC, Conseil départemental, ... ).
L’idée d’un groupement des différentes associations concernées va être étudiée.
Comme lors de chaque assemblée générale ordinaire de l’association, le tiers sortant du conseil d’administration est réélu, avec toutefois un membre de moins, ce qui porte le total à 20.
Il est fait appel à candidature pour le CA.

***


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Uxellodunum - Capdenac (Association APUC)
Directeur de publication : Mathieu MARTY (président de l'Association pour Uxellodunum à Capdenac (APUC) - Rue de la Commanderie - 46100 CAPDENAC - Tél : 05 65 34 05 85)